Aide enseignants, AESH, PAP

2015_ecole_inclusive_PAP_PPS_PAI_PPRE_512315
Source : Eduscol

Je m’appelle Marie-Céline Khedr, je suis enseignante en primaire. En tant que référente de l’association Sensoridys, je propose mon aide aux familles adhérentes pour une réflexion sur l’élaboration du PAP et les aménagements pédagogiques, en lien avec les enseignants.

Je propose aussi de répondre aux interrogations des enseignants, AESH, qui accueillent des enfants Dys dans leur classe : explication du SDP, du traitement, retour de mon expérience, aménagements pédagogiques, PAP, …

Pour me contacter : https://sensoridys.fr/contact-regions/ile-de-france/

 

Note : Pour des questions concernant la mise en oeuvre d’un PPS, voir avec nos référentes Dossier MDPH.

*

Documentation :

*

I. PAP

*

 

II. Aménagements en classe

*

RÉSUMÉ

Dans ce mémoire de recherche, je me suis demandée dans quelle mesure l’enseignant peut adapter son/ses enseignement/s pour les élèves dysproprioceptifs ou qui en présentent certains aspects dans le but de les faire s’approprier le cours. J’ai formulé l’hypothèse qu’en réalisant un diagnostic des problèmes et des besoins des élèves, l’enseignant peut mettre en place des outils et pratiques adaptés qui facilitent l’appropriation par les élèves de l’enseignement. Pour cela, il est question d’abord de définir le SDP et de trouver des outils de repérage. Puis de proposer des outils et comportements envisagés pour prendre en compte cette difficulté. Cela m’a conduit dans une partie méthodologique à retranscrire mes mises en oeuvre et à identifier les progrès réalisés en termes d’attitudes de travail ou d’apprentissages. Au terme de ce travail, il me semble que je peux valider cette hypothèse. J’ai pu constater par mes recherches, mes mises en pratiques, et les témoignages qui m’ont été rapportés qu’un enseignant peut mettre en place des adaptations pour venir en aide aux élèves ayant un trouble dysproprioceptif. Des résultats positifs sont reconnus grâce à des actions établies en équipe, dans la bienveillance et en collaboration avec les parents, l’ensemble de l’équipe pédagogique, et les professionnels de santé et du paramédical (médecins, orthophoniste, opticiens, ergothérapeute, etc). Il s’agit de permettre au jeune de s’épanouir pleinement, de se rassurer et de pouvoir révéler toutes ses compétences.

RÉSUMÉ

Le projet est de donner un aperçu de l’état des recherches sur la dyslexie à l’heure actuelle, d’aborder ce dysfonctionnement cérébral en expliquant les théories sur l’origine des causes probables et les symptômes observés. A ce jour, encore aucune cause précise n’est connue à l’exception d’un dysfonctionnement cérébral et une hérédité certaine mais différentes théories sont mises en lumière. Chacune permet de traiter un symptôme de la dyslexie. Ces théories ont été mises en lumière grâce à de nombreuses études mais également remise en cause aussi facilement car chaque profil de sujet est unique. Ainsi aucune piste n’est encore privilégiée. La théorie phonologique qui se retrouve chez la plupart des sujets dyslexiques est plus souvent citée mais encore une fois elle n’est pas observée chez la totalité des sujets étudiés. Puis dans un second temps, ce mémoire a également pour but de me permettre de faire état de mon étude de terrain et d’expliquer mes conclusions. Elle s’est portée sur ma classe de sixième A et l’utilisation de trois outils que j’ai voulu utiliser comme outils de différenciation. J’ai découvert qu’un outil pensé, préparé, pour un petit nombre est facilement applicable pour l’ensemble de la classe, par contre l’inverse pose davantage de problèmes. J’ai constaté avec joie la motivation de mes élèves, leur implication tout au long de l’année : les élèves m’apportent maintenant les images pour la boîte sans que je leur demande, une élève dyslexique m’a demandé de rattraper une interrogation car elle ne serait pas présente sur l’heure convenue.
Dans un troisième temps, j’ai pu m’imprégner des préconisations des spécialistes qui sont tous les jours au côté des enfants dyslexiques pour leur traitement. Avec ma journée d’observation au cabinet du docteur Quercia à Beaune, le mercredi 5 avril 2017, j’ai pu comprendre le traitement proprioceptif et le soulagement des enfants une fois que les blocages étaient levés, la surprise des parents pendant les consultations : comment les mots ou les lettres peuvent-ils disparaître de son champ de vision quand il parle ou est gêné par le bruit ?
Maintenant, je peux repérer dans mes classes, les élèves qui ont certains problèmes et alerter les parents pour faire des vérifications pour le bien-être de ces enfants.