Relation entre mouvement/sport et émotions : un lien profond et direct

Je vous propose de lire un article très intéressant sur le site de « Trust my science« , qui s’intéresse aux relations entre le corps et l’esprit. Voici quelques morceaux choisis, les plus en lien avec les sujets que nous traitons sur ce site, mais je vous invite à lire la totalité de l’article :

« Depuis de nombreuses années, les scientifiques suspectent que le lien de nos pensées et émotions avec notre corps est plus profond qu’il n’y paraît. En effet, aujourd’hui, les publications scientifiques montrant les effets directs de l’exercice physique et du mouvement sur la dynamique émotionnelle s’accumulent. De la respiration à la danse en passant par la musculation, chacune de ces activités possède son propre impact sur notre bien-être et le cours de nos pensées.

Le lien entre le mouvement et le cerveau est plus profond qu’on ne le pense. Une étude proposant une nouvelle compréhension de la connexion corps-esprit révèle comment nos pensées et nos émotions ne se produisent pas seulement dans notre tête, et que la façon dont nous bougeons a une profonde influence sur le fonctionnement de notre esprit. Les preuves commencent à s’accumuler, et il ne s’agit pas uniquement de faire plus d’exercice. « 

Dans le passage suivant, on retrouve ce que nous a appris le Pr Berthoz, à savoir que notre cerveau est une machine de prédiction :

Selon des études menées par Morten Kringlebach à l’Université d’Oxford, le facteur de bien-être vient du fait que notre cerveau fonctionne comme une machine de prédiction qui fait constamment des suppositions sur ce qui est susceptible de se passer ensuite. Dans cette optique, un battement régulier est satisfaisant, car il permet de prédire facilement ce qui arrive. Chaque fois que nous avons raison, nous recevons une petite dose de dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans les sensations de plaisir. Suivre le rythme avec notre corps fournit un deuxième boost de dopamine et peut également créer l’illusion que nos mouvements produisent le rythme en premier lieu […]

Enfin, quand je lis ce dernier passage, je ne me demande si ce phénomène ne joue pas aussi avec le repose pied (ou le fait de garder les pieds posés bien à plat lorsqu’on est assis) dans le cadre du traitement proprioceptif ?

Curieusement, même la légère pression des pas lors d’une marche lente a un impact important sur le flux sanguin vers le cerveau. Des études menées par Dick Greene à la New Mexico Highlands University à Las Vegas et ses collègues suggèrent que lorsque nos pieds touchent le sol, leurs artères sont comprimées. Cela augmente la turbulence dans le sang, lui fournissant un afflux supplémentaire vers le cerveau pouvant aller jusqu’à 15 pour cent.

L’article dans son intégralité : là.

Image par Free-Photos de Pixabay 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s