Nobel de Médecine et Proprioception

Il m’avait échappé que le Prix de Nobel de Médecine 2021 avait un lien avec la proprioception. Il me faut donc réparer cet oubli impardonable !

Il y a quelques mois, je vous parlais de la découvertes des protéines Piezo 2, protéines sensibles à la pression et impliquées dans la proprioception. Il se trouve que le prix nobel de 2021 a été co-attribué à Ardem Patapoutian de l’institut de recherche Scripps, en Californie, qui a élucidé les mécanismes sous-jacents à la perception des stimuli mécaniques par les récepteurs nommés Piezo1 et 2 (du grec piezo, signifiant « pression »), situés sur la peau et les organes internes, jouant sur la sensation tactile mais aussi sur notre perception du mouvement et de la position de notre corps. Il faut bien comprendre que ces découvertes sont importantes pour la recherche en médecine. Ainsi, il est maintenant possible de mieux comprendre l’origine de maladies, y compris de plusieurs douleurs chroniques (et les patients dysproprioceptifs en savent quelque chose !).

Extrait de l’article de Pour la Science :

Ardem Patapoutian, de l’institut de recherche Scripps, à La Jolla, en Californie, a quant à lui élucidé les mécanismes sous-jacents à la perception des stimuli mécaniques, ce qui lui vaut l’autre moitié du prix Nobel. Outre le toucher, avec la peau, de telles informations sont utiles à l’organisme pour percevoir le sang qui circule, l’air qui gonfle les poumons, l’estomac ou la vessie qui se remplissent, détecter les ondes sonores dans l’oreille…

En 2009, le nouveau nobélisé et ses collègues ont eux aussi utilisé la cryomicroscopie électronique pour mettre identifier l’acteur clé de cette sensibilité aux forces. Il s’agit de récepteurs jouant le rôle à la fois de capteurs et de canaux ioniques (des pores dans la membrane cellulaire par où transitent des ions) déclenchant le signal électrique qui parcourt les neurones. Ce sont les récepteurs nommés Piezo1 et 2 (du grec piezo, signifiant « pression »). Ces protéines très grosses (2 500 acides aminés) ressemblent à une hélice à trois pales, chacune d’elles étant soutenue par une « poutrelle », dont les extrémités obstruent le canal. Lorsqu’une force s’exerce sur la cellule, une poussée (ou une traction, le détail du mécanisme est encore mal compris) augmente la tension de la membrane. Conséquence : les pales tournent et déplacent des poutrelles, ce qui entraîne l’ouverture du pore. Le stimulus et le signal correspondant sont simultanés, permettant une transmission rapide.

En 2014, Alex Chesler et Carsten Bönnemann, du Centre américain pour la santé intégrative et complémentaire, à Bethesda, ont révélé que le récepteur Piezo2 est impliqué dans la proprioception, c’est-à-dire le sens de la disposition de son corps dans l’espace. Si les yeux fermés, vous savez amener votre doigt sur le nez, c’est grâce à la proprioception et donc à Piezo2 ! Selon le comité Nobel, ces découvertes aideront à lutter contre diverses pathologies, et particulièrement celles qui se traduisent par des douleurs chroniques.

L’article dans son intégralité : .


Visitez notre autre site, plus spécifiquement consacré aux adaptations pédagogiques pour les dys : SDP-Troublesneurovisuels-Dys


Credit : David S. Goodsell/Nature , Nikkas Elmehed

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s