Labilité référentielle d’origine centrale et trouble spécifique du langage et des apprentissages. (Prévalence, coefficient de corrélation)

conférence virlet
*

Voici l’abstract d’une « ancienne » étude du Dr Virlet, qu’il vient de présenter à Montréal, les 4 et 5 décembre 2019, lors du XXVIème congrès annuel de la Société francophone Posture Equilibre Locomotion (SOFPEL), parue dans Neurophysiologie Clinique. Elle porte sur la labilité référentielle d’origine centrale dans les troubles spécifiques des apprentissages (Nda : soit une localisation spatiale visuelle instable d’origine centrale). Cette étude préliminaire va maintenant être élargie à un nombre plus grand de patients.
*
L’instabilité référentielle, d’origine centrale, est mise en évidence grâce au Maddox postural. Ce test permet de perturber la vision binoculaire en faisant voir à un œil la source lumineuse et à l’autre œil cette même source lumineuse transformée en une ligne horizontale rouge. Cette image rétinienne est tellement différente de l’image formée dans l’autre œil que le réflexe de fusion n’est pas stimulé. Par conséquent, l’orientation exacte des deux yeux sur la lumière devient moins stable, car elle est uniquement contrôlée par la proprioception oculaire et la décharge corollaire.
*
Quand le patient voit la ligne rouge au centre de la lumière, on dit qu’il y a orthophorie verticale. Quand la ligne rouge est un peu au dessus ou en dessous, on dit qu’il y a hétérophorie verticale. Cette hétérophorie verticale est dite labile quand la ligne horizontale change de position lors de la stimulation de différents capteurs proprioceptifs (ex : avec ou sans appui plantaire). L’examen est réalisé dans huit stimulations posturales codifiées.
*
maddox virlet
*
*
.*
maddox
*
Selon cet abstract, la correction de la labilité référentielle d’origine centrale du syndrome de déficience postural/proprioceptive (SDP) semble être l’élément principal pour améliorer significativement la lecture des enfants qui présentent un trouble spécifique du langage et des apprentissages (TSLA) du langage écrit.
*
Cette labilité référentielle a été étudiée chez les 100 premiers patients de 6 à 25 ans, vus en ambulatoire par ce médecin. Cette étude à montré que :
*
  • 13% des sujets présentaient une hétérophorie verticale labile. (Nda : soit la position de la ligne horizontale rouge modifiée par au moins une des stimumations proprioceptives)
  • Les enfants avec un troubles spécifique des apprentissages TSLA (11 %) présentent tous une hétérophorie verticale Labile, avec présence d’un trouble postural.
  • Aucun enfant qui présente une référence stable ne présente de trouble spécifique des apprentissages.
Ces résultats obtenus sur un échantillon réduit et par un seul médecin vont maintenant être confortés par l’étude multicentrique « T-DYS » qui inclura 1800 enfants de 8 à 12 ans, qui seront vus par  250 à 300 médecins généralistes.
*
*

Source :

*
Note : Voir aussi le poster, présenté par le Dr Virlet au congrès de la SOFTAL en 2014.
*
poster virlet

2 réflexions sur “Labilité référentielle d’origine centrale et trouble spécifique du langage et des apprentissages. (Prévalence, coefficient de corrélation)

  1. Ping : Etude Tdys – SensoriDys

  2. Ping : Etude préliminaire comparative randomisée de la prise en charge de la dyslexie : Proprioceptive et Orthophonique versus Orthophonique-Preuve de supériorité – SensoriDys

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s