À quoi sert l’apprentissage de l’écriture manuscrite?

Je vous invite à écouter cette émission très intéressante sur RFI consacrée à l’écriture manuelle, où l’on voit que l’écriture est une expression du corps, car l’être entier y est engagé.

Grégoire Borst nous apprend que le plus efficace pour apprendre le geste graphique ce ne sont pas les lignes d’écritures, ce qui marche le mieux c’est d’apprendre le geste moteur, soit en fermant les yeux et en traçant les lettres avec son doigt dans le vide, soit en traçant les lettres sur des lettres rugueuses Montessori, ou dans le sable, dans le creux de la main, ou avec son doigt sur une tablette, ce qui permet de corriger en temps réel le geste moteur, grâce au retour proprioceptif. On a besoin d’être dans un situation incarnée, on a besoin du geste moteur, d’un retour proprioceptif, c’est à dire de la conscience de notre geste moteur que nous donnent les lettres rugueuses, le sable, la tablette, etc. C’est une manière d’intérioriser, d’apprendre l’ensemble des mouvements nécessaires pour former les lettres. Il ne faut pas hésiter à multiplier ainsi les situations de la vie quotidienne où l’on peut pédagogiser l’écriture.

Ce sont les mêmes réseaux neuronaux qui sont activés chez l’enfant qui apprend à écrire et chez les experts en graphie (nous) : les aires impliquées dans les processus sensoriels et moteur (cortex prémoteur et pariétal + cervelet), les aires du langage (cortex frontal gauche) et les aires de la reconnaissance visuelle des lettres.

Apprendre le geste graphique facilite l’apprentissage de la lecture. La lecture et l’écriture sont en effet très liées, avec des processus communs : reconnaître les sons de la langue (conscience phonologique) que l’ont doit associer à un graphème (lettre ou groupe de lettre). L’enjeu de la lecture et de l’écriture est d’apprendre à faire communiquer et coactiver ces zones du cerveau. On peut apprendre à lire sans tenir un stylo, mais cela fonctionne moins bien, car à chaque fois que l’on reconnaît visuellement une lettre, s‘activent en même temps les aires motrices correspondant à la graphie de la lettre. Inversement, quand on apprend la graphie des lettres, on apprend à mieux les reconnaitre visuellement. L’écriture et la lecture sont deux jambes dont on a besoin pour devenir des lecteurs et scripteurs experts.

Je vous invite à découvrir l’intégralité de cette émission captivante, avec d’autres points très intéressants, dont voici la présentation :

Nous écrivons tous de moins en moins avec un stylo et du papier. Les smartphones ont pris le relais y compris pour des listes de courses, et les étudiants sont de plus en plus nombreux à prendre leurs notes sur leur ordinateur. Pourtant, les recherches menées en psychologie cognitive et en neurosciences montrent que l’écriture avec le geste de la main agit sur le cerveau pour faciliter les apprentissages, contrairement au clavier. Quels sont ces mécanismes ? Comment utiliser l’écriture à l’école pour développer les savoirs fondamentaux ?  

Avec :

– Grégoire Borst, professeur de Psychologie du Développement et de Neurosciences cognitives de l’Éducation (Université de Paris) et directeur du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’éducation de l’enfant (LaPsyDÉ – CNRS)

– Claire Doquet, linguiste spécialiste des écrits scolaires et formatrice à l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (Inspé) de Bordeaux. 

Pour accéder à l’émission, clic sur l’image :


Visitez notre autre site, plus spécifiquement consacré aux adaptations pédagogiques pour les dys : SDP-Troublesneurovisuels-Dys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s